Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Méfiance

    La méfiance mutuelle entre la population et l’Etat vient également d’une méconnaissance. Parfois, les gens n’ont pas conscience de ce que fait l’Etat ; ils savent ce qu’il ne fait pas, ou ce qu’il ponctionne à travers les impôts mais ignorent parfois ses actions de redistribution : sécurité sociale, routes, écoles, police. Pour remédier à cela, on pourrait imaginer une formation dans les collèges et les lycées pour expliciter ce qu’est un service public –surtout dans un pays comme la France où l’attachement au service public est très fort - , un système de redistribution, pour donner des exemples géographiques divers éclairant l’intervention ou la non-intervention de l’Etat…. Surtout, il s’agit de comprendre que l’Etat est une émanation de la société et qu’il n’est pas extérieur à elle. La décentralisation est sensée prendre en compte les besoins des populations au niveau local. Dans le processus de décentralisation, il faudrait renforcer les compétences des collectivités locales sans “ jamais rompre le lien entre les collectivités locales et l’Etat ”9. Mais de quelle décentralisation avons-nous besoin aujourd’hui ? Le processus de décentralisation ne peut être le même partout. Ainsi, les Etats africains qui pendant longtemps ont tenté d’imiter la décentralisation à la française ne pouvaient qu’échouer. Dans de nombreux pays, les responsables locaux se plaignent de ne pas pouvoir disposer des avoirs financiers qu’ils collectent pour le gouvernement central : on retrouve le même type de problème au Mali10 et dans la région Nord de la Thaïlande. Cela provoque une certaine frustration de la part des élus locaux qui ont le sentiment de ne pas avoir les moyens de développer leur localité. Au Mali, on réclame la fin de l’unicité de caisse. Le problème est que les ressources sont toujours centralisées et que les provinces ne bénéficient pas d’une réelle autonomie financière, d’ou un manque d’efficacité. L’unicité de caisse est un principe administratif qui met aux mains de l’Etat centralisé (via le Trésor) les ressources collectées dans chaque localité. Ensuite, l’Etat répartit les fonds collectés et les redistribue selon un principe de solidarité entre les localités. Ce qui pose problème est que les efforts consentis par une localité (collecte des taxes efficaces par exemple) n’est pas rétribuée, et le gain de cette meilleure collecte de taxes ira à tous, y compris aux localités qui ne font aucun effort pour collecter ces mêmes taxes. Ainsi le principe de solidarité a ses limites. Il faut que l’Etat crée des incitations à la collecte des taxes. Par ailleurs, un système de solidarité peut être maintenu mais sur des bases différentes. A lire sur Challenge Commercial.