Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

La voix du rogomme - Page 2

  • Le barbier de Séville

    Présenté à l’opéra de Marseille après le Théâtre des Champs Elysées, Il Barbiere di Siviglia de Rossini arrive à Luxembourg dans une mise en scène minimaliste de Laurent Pelly. Sans paillettes mais convaincant, avec une jolie dose d’humour. L’ennui, avec Laurent Pelly, ou plutôt l’avantage, c’est que l’on sait à l’avance que ça va être brillant, truffé d’inventions épatantes, joyeux et drôle s’il y a lieu, bref, qu’on va être à la fête. Ce n’est pas avec Le Barbier de Séville que cela devrait changer, non ? Eh bien si. Aussi extraordinaire que cela paraisse, pour cet opéra brillantissime, Laurent Pelly a choisi non l’excès, mais la sobriété, non la couleur, mais le noir et blanc, non l’emportement mais la sagesse. L’excès, la couleur, l’emportement, il les laisse à Rossini. Plus que l’histoire d’un imberbe barbon dont la dulcinée rétive se fait épouser, au nez et à sa barbe, par l’irrésistible Almaviva, plus que les facéties de Figaro, il entend mettre en scène la musique de Rossini qui est à elle seule un théâtre. Tout se joue et se chante donc entre les pages d’une partition à l’échelle de la scène, roulée ou déroulée, prison ou place de village. Vêtus de noir, les personnages y figurent les notes de musique, notes démultipliées lorsque les membres du chœur investissent le plateau en des moments pleins de saveur et d’humour. Alors, certes, on est un peu déçu du sage tour que prend la fête. Mais on ne peut qu’apprécier l’honnêteté artistique de Laurent Pelly. Conscient que, chez Rossini, la musique passe souvent avant le théâtre, il s’est en quelque sorte effacé pour permettre aux chanteurs de donner le meilleur d’eux-mêmes dans les numéros de trapézistes sans filets qu’ils doivent interpréter. Si l’on se souvient qu’un grand acteur comme Michel Bouquet refusait d’accomplir des actions non indispensables au jeu, comme couper sa viande en mâchant des carottes tout en disant son texte, on mesure mieux la difficulté pour un chanteur de sauter sur un trampoline tout en relevant les invraisemblables défis vocaux de Rossini dans Le Barbier de Séville. Sans doute faut-il donc remercier Laurent Pelly de son choix. Et dire l’infini plaisir que nous avons éprouvé en écoutant les « battles » chantées de Stéphanie D’Oustrac (piquante bien qu’un peu sèche Rosine), de Florian Sempey (Figaro impayable en malabar tatoué), de Philippe Talbot (Almaviva un peu fade) et de Carlos Chausson (Bartolo vieux garçon plein de saveur). Sans oublier Annuziata Vestri (Berta) qui a enlevé son final avec panache et humour et Mirco Palazzi (Basilio un peu rentré dans le jeu). Emmenés avec tact et nuances par Roberto Rizzi Brignoli, l’orchestre et les chœurs de l’opéra de Marseille ont déployé leurs talents en toute liberté.

  • Simulateur de guerre

    Un développement majeur dans les tactiques d'infanterie est venu avec l'utilisation accrue de la guerre des tranchées aux 19ème et 20ème siècles. Finalement, la plupart des chasseurs montaient des canons, parfois en combinaison avec des mitrailleuses. Avec l'arrivée plus tardive des chasseurs à longue portée, en particulier le P-51 Mustang nord-américain, les chasseurs américains ont pu escorter loin dans l'Allemagne sur les raids de jour et ont établi le contrôle du ciel au-dessus de l'Europe occidentale. Avec plus de 14 ans d'expérience, un record de sécurité à 100% et plus de 4 000 vols Adventure réalisés, JetFighter est une entreprise éprouvée dont la sécurité est notre priorité numéro 1. Un intercepteur est généralement un aéronef destiné à cibler (ou à intercepter) des bombardiers et à négocier si souvent la manoeuvrabilité pour le taux de montée. La conception, le développement et le prototypage d'armes, de matériel de soutien militaire et de technologie militaire en général constituent également un domaine dans lequel on investit beaucoup: des réseaux de communication mondiaux et des porte-avions à la peinture et à la nourriture. Le but principal de ces radars était d'aider les chasseurs de nuit à localiser les bombardiers et les chasseurs ennemis. Au fur et à mesure de l'expérience de combat collectif, les pilotes les plus performants comme Oswald Boelcke, Max Immelmann et Edward Mannock ont développé des formations et des manœuvres tactiques novatrices pour améliorer l'efficacité de combat de leurs unités aériennes. La Division de l'aviation aide les villes et les comtés à demander, recevoir et décaisser des fonds fédéraux et étatiques pour les aéroports de secours et d'aviation générale. Plusieurs programmes de combat de prototypes commencés au début de 1945 se sont poursuivis après la guerre et ont conduit à des chasseurs à moteur à pistons avancés qui sont entrés en production et en service opérationnel en 1946. Travailler chez FAA offre une opportunité unique d'expérimenter une carrière où votre impact ne touche pas seulement l'industrie de l'aviation, mais aussi le monde entier. Le moteur principal de l'innovation des chasseurs, jusqu'à la période de réarmement rapide à la fin des années 1930, n'était pas les budgets militaires, mais la course d'avions civils.38 Au cours de la Première Guerre mondiale, deux mitrailleuses de calibre environ 0,4 kg (0,88 lb) par seconde. Les deux premiers turboréacteurs opérationnels, le Me 262 puis le Gloster Meteor sont entrés en service en 1944. Garros a marqué trois victoires en trois semaines avant d'être lui-même abattu le 18 avril et son avion, son équipement de synchronisation et son hélice ont été capturés par le Allemands. À la toute fin de l'entre-deux-guerres en Europe, la guerre civile espagnole fut l'occasion pour la Luftwaffe allemande, la Regia Aeronautica italienne et la Red Armée de l'Union soviétique de tester leurs derniers appareils. Les membres potentiels du service sont souvent recrutés au lycée ou au collège, les tranches d'âge cibles étant 18-35 dans l'armée de terre, 18-28 dans le corps des marines, 18-34 dans la marine, 18-39 dans l'armée de l'air et 18-27 (Jusqu'à l'âge de 32 ans si qualifié pour assister à l'école «A» garantie) dans la Garde côtière. Tout d'abord, les chasseurs alliés de deuxième génération tels que le Hellcat et le P-38, et plus tard le Corsair, le P-47 et le P-51, ont commencé à arriver en nombre. Le succès de la Eindecker a lancé un cycle compétitif d'amélioration parmi les combattants, les deux parties s'efforçant de construire des chasseurs monoplaces de plus en plus performants. Tout le détail sur le site Simulateur de vol.

  • Les élections du 21 décembre ne régleront pas la crise politique en Catalogne

    Une sorte de premier bilan a commencé au sein du mouvement catalan, il est indispensable. Sans doute, l’impréparation de la part du gouvernement catalan est due à une sous-estimation de la volonté répressive du PP et à des illusions sur le positionnement de l’Union européenne et ses dirigeants. En lien aussi, sans doute, une sousestimation de la réalité catalane avec une part significative de la population non indépendantiste, même si elle est favorable à des modifications dans ses relations avec l’État espagnol. La Catalogne a connu le manque d’un vrai soutien dans le reste de l’État sur les questions du droit à décider, des droits démocratiques et contre la répression, la défense d’un projet républicain. Le rôle des forces comme Podemos et IU, dans ce contexte, est à analyser. Rajoy a su trouver les failles pour reprendre l’initiative, mais la force du mouvement est bien réelle. Nous venons de le voir avec la grève du 8 novembre où, en particulier, les Comités de défense de la République (CDR) ont pu bloquer les principales avenues et autoroutes, avec la manifestation du 11 novembre qui a regroupé plus d’un million de personnes à Barcelone. Une manifestation est prévue à Bruxelles. Si l’on en croit les différents sondages, les élections du 21 décembre devraient donner un résultat assez proche de l’actuel. Les partis indépendantistes devraient avoir en sièges tout juste la majorité absolue ou être à 2 ou 3 sièges de celle-ci. Dans ce deuxième cas, la place de Catalunya en Comú (Colau, ICV, EUIA, Podem) deviendrait centrale, mais le résultat global serait une majorité favorable au droit à décider. Il est effectivement peu probable, même si la participation annoncée est à plus de 80 %, que le bloc PP-Ciudadanos et PSC gagne l’élection. Le PP est faible, le PSC a connu plusieurs scissions, Ciudadanos est implanté depuis longtemps en Catalogne mais n’est pas en mesure de rafler la mise. De plus, le PSC a annoncé qu’il ne pouvait voter ni pour le PP, ni pour Ciudadanos. Catalunya en Comu, de son côté, a mis comme condition pour l’élection du président l’abandon de la voie unilatérale. À une autre échelle, mais tout de même, ces élections devraient consacrer la montée en puissance d’ERC et le déclin du courant de droite catalan (ex CIU). Si jamais les élections confirment la majorité pour les indépendantistes ou pour le droit à décider et que, en conséquence, un président issu d’un parti indépendantiste est élu (ERC semble le mieux placé dans ce cas), ce sera un échec important pour Rajoy. Une défaite du bloc en défense de la constitution actuelle rouvre la question.